La guerre fait rage. Deux camps s'opposent, déchirant le monde. Lequel choisirez-vous?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kanaliou et la colonie de vacance pour sorciers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La Sorcière



Messages : 206

Monde d'Origine : Autre Monde

Camp : Sorcière

Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Kanaliou et la colonie de vacance pour sorciers   Ven 21 Juin - 15:10

Bon, voilà un texte que j'ai fais l'été dernier pour un concour, et qui n'a jamais été posté puisqu'il y avait 10 mots de trop...

Kanaliou et la colonie de vacances pour sorciers




Je m'appelle Kanaliou et je suis une élève de l'école de Sorcellerie Poudlard dans la maison Gryffondor. Je viens de finir ma première année. Je suis une née-moldue, c'est à dire que je suis une sorcière mais que mes parents n'ont pas de pouvoirs magiques. Cette année affin de mieux connaître mon nouveau monde, ils ont décidés de m'envoyer dans une colonie de vacances magiques. Je suis en ce moment même dans un train me conduisant vers une ville dont je ne connais pas le nom. Il n'y a que des enfants dans ce wagon. Eux aussi doivent surement aller à la colonie de vacances. Certain ont l'air affreusement anxieux tandis que d'autre n'ont pas du tout l'air inquiet. Le trajet étant long, j'ai finis par m'endormir. Ce fut la voix du conducteur annonçant que nous étions arrivés qui me réveilla. Je pris mon sac et descendis. Nous étions dans un petit village portuaire. Le temps y était.. comme dans tout le reste de l'Angleterre : gris et maussade.
Il n'y avait personne à la gare en dehors de nous et d'un homme à l'air très sérieux. Ce devait être un militaire ou un truc dans le genre. Il s'avança vers nous. Il avait les cheveux bruns coupés cour, un tee-shirt sans manche noir et un pantalon camouflage. Il était très musclé. Il commença à parler:
-Alors bande de mauviette! C'est comma ça qu'ont se tient?! Aller au garde à vous! On sert les fesses, on redresse les épaules, on relève le menton et que sa saute!
Je soupira, les vacances commençaient bien.
-Toi là! La fille au cheveux brun et aux yeux vert, tu partira en dernière!
-Partir, mais pour aller où monsieur?, demanda un garçon.
-Tu as pris la parole sans permission! Tu iras avec elle! Néanmoins, c'est une bonne question. En ce qui concerne votre moyen de transport, nous transplanerons. Je vous emmènerais deux par deux. Vous êtes vingts, ça fera donc dix voyages. Allez! Mettez-vous en rangs!
Les aller-retours durèrent un peu moins de cinq minutes. C'était la première fois que je transplanais et donc j'ai vomis. Je n'étais pas la seul. Nous sommes maintenant sur une plage tropicale. L'homme pris la parole:
-Et voilà votre destination finale, une île déserte au beau milieu de l'océan Atlantique.
-Mais monsieur, où est le camp?; dit le garçon qui est venu avec moi.
-Ici, vous allez le construire vous-même, à l'aide de votre baguette magique et de vos mains. Bon je vous laisse, je reviendrais dans une semaine, et si d'ici la vous êtes encore en un seul morceaux, on avisera pour les deux semaines suivantes. A bientôt.
Et il tranplana. Déjà les plus jeune paniquaient. Ils appelaient leur mère tout en se recroquevillant sur eux-mêmes tandis que les plus grand courraient dans tous les sens. J'ai du prendre les choses en main.
-SILENCE! Calmez-vous! Il faut s'organiser. Que la moitié d'entre nous aillent chercher de la nourriture, trouver un ruisseau pur et du bois pour faire un feu, l'autre moitié reste avec moi pour que l'on construise des abris avant la nuit.
-Et pourquoi on t'écouterais, tu n'es qu'une première année, tu nous dois le respect, répliqua une fille de cinquième ou sixième année qui devait surement être à Serpentard.
-Parce que je suis la seule à ne pas avoir paniquée ou appelée ma mère en hurlant, répondis-je.
-Et pourquoi on ne transplanerai pas?, continua-t-elle.
-Est-ce que tu es capable de transplaner toi? Ou n'importe qui d'autre présent ici?
Pas de réponse.
-C'est bien ce que je pensai,alors maintenant écoutez moi, nous sommes sur une île déserte, il est quinze heure passé, nous n'avons pratiquement pas de provisions et aucun endroit pour nous protéger des bêtes sauvages. Si on ne fait rien, on sera tous dévorer avant la fin de la nuit.
Elle s'excusa. Dix d'entre nous sont partis explorer l'île. Quand aux neuf qui sont restés avec moi, ils me regardaient et attendaient que je leurs explique la suite des opérations.
-Bien pour commencer, il faut couper des troncs d'arbre, ils ne doivent pas dépasser dix centimètres de diamètre. Il faut qu'il soient assez haut car on coupera des morceaux de deux mètres et de trois. On a de la chance car les arbres de cette île sont gigantesques. On utilisera le sortilège Diffindo pour trancher les arbres.
On s'enfonça dans la forêt et rentrèrent près d'une heure plus tard avec un énorme tas de bois long de deux et trois mètres.
-Bien maintenant qu'on a le bois, il faut choisir un arbre qui soit assez imposant pour pouvoir supporter le poids d'une cabane et des ses occupants. Cela ne devrait pas poser de problème car les arbres en front de mer sont, en plus d'être aussi haut que ceux u milieu de la forêt, beaucoup plus gros et assez plats. Je vais grimper en haut avec deux arçons, les autres vous utiliserez un Wngardium Leviosa pour nous faire parvenir vingt morceaux de trois mètres.
Je commençai à grimper avec deux garçons de quatrième année. Une fois en haut, les morceaux de bois arrivèrent. On les aligna de façon à former un carré de deux mètre par trois. On les lia à l'aide du sortilège Incarcerem. Ensuite, on a monté des murs haut de deux mètre cinquante. On a fabriqué deux lits superposés et on a cousu des matelas avec des draps qui se trouvaient dans mon sac et on les a remplit de feuilles fraiches. Le tout avait mis trois quart d'heure. On descendit.
-On a fini, Hourra! Mais on doit encore en faire quatre, trois pour les garçons et deux pour les filles.
Trois heures plus tard, toutes les cabanes étaient construites et l'autre groupe rentra au moment où l'on fermait la dernière porte. Ils courraient en portant deux personnes, un garçon et une fille.
-Au secours! Le garçon a essayé de transplaner et la fille a avalée des champignons, elle est inconsciente. Une autre fille a les mains brulées, disait une fille en criant à moitié.
-Oh mon dieu! Mais il faut les soigner immédiatement! Le garçon a été désartibulé, je dois avoir une fiole d'essence de dictame dans mon sac. La fille inconsciente a ingérée des champignons vénéneux, il lui faut de la bouillie d'ortie blanc, allez en cueillir dans les bois, la dernière a du attraper une plantes magique qui se défend en brulant la peau. Je ne peux rien faire pour elle, elle doit juste passer ses mains sous l'eau froide et attendre.
Je suis allée prendre mon sac et en sortis la fiole de dictame. J'en versai quelques goutes sur chaque plaies de garçon qui se trouvait être, en fait le garçon qui a transplané avec moi. Ensuite, avec l'aide de mon livre de botanique et des orties que les autres m'ont ramenés, j'ai préparée l'antidote pour la fille empoisonnée. Elle repris connaissance presque instantanément. Le garçon se réveilla deux heures plus tard alors que nous étions entrain de manger les quelques fruits cueillit par le groupe.
Après, alors que tout le monde vaquait à ses occupations, nous étions tout les deux assit sur la plage, à regarder étoiles.
-Comment tu t'appelles?, me demandas-t-il.
-Je m'appelle Kanaliou, et toi?
-Je suis Julian. Mais, dis-moi, comment fais-tu pour mettre autant de chose dans un si petit sac?
Le sac en question n'était guère plus grand qu'une sacoche.
-J'ai utilisée un sortilège d'agrandissement quand nous étions encore à Poudlard, c'est plus pratique et j'avais un pressentiment que j'aurai besoin de toutes ces affaires.
-Eh bien Kanaliou, ton intuition m'a sauvé la vie, je t'en remercie.
Le reste de la semaine se déroula aussi normalement qu'une semaine sur une ile déserte façon Koh-Lanta en version magique pouvait l'être. Seule anecdote : un dauphin télépathe nous a sauvé d'un grand requin blanc.
Nous étions entrain de cuisiner à manger quand le monsieur en tenu militaire transplana.
-Salut la compagnie, alors toujours en vie?, disait-il en inspectant les alentours, en tout cas, je vous tire mon chapeau, jusqu'à maintenant, vous êtes le seul groupe à vous être aussi bien organisé.
-Vous voulez dire que c'est une mascarade, un coup monté?, bégaya Julian.
-Oui, je fais cela chaque année.
-Mais, nous aurions pu mourir!, répliquai-je.
-Non, je n'étais pas partis, j'étais juste... invisible. Aller, maintenant je vous emmène au vrai camp, il est de l'autre côté de l'île.
-Impossible! Nous l'avons explorés de fond en comble, lança Julian.
-Il était tout aussi invisible que moi, répondit le monsieur.
Après que l'on ai plié bagages, il, nous guida une petite demi-heure à travers la forêt. On arriva de l'autre côté de l'île. C'est la que nous découvrîmes le camp. Il ressemblait plus à un hôtel cinq étoiles avec SPA et piscine qu'a une véritable colonie.
Ce furent les plus belles vacances de ma vie, le dauphin télépathe était là, nous nous sommes baignés et nous avons joués à toutes sorte de jeu comme la balle au prisonnier ou le beach volley, en version sorciers, bien sur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Kanaliou et la colonie de vacance pour sorciers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tour de sorciers
» Avis sur les Sorciers
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magie en tout genre :: Création :: Fanfiction :: ☆ Univers Harry Potter :: OS-